Que sont-ils devenus ?

J.J Amorfini : "Le Red Star, mes plus belles années"

Jean-Jacques Amorfini a évolué comme milieu de terrain au Red Star de 1973 à 1978 puis de 1981 à 1985. Pour redstarfc93, il évoque son activité actuelle au sein de l’Union Nationale des Footballeurs Professionnels et revient sur ses années audoniennes.

Jean-Jacques, quelle activité exercez-vous aujourd'hui ?
Je travaille au syndicat de l'Union Nationale des Footballeurs Professionnels, dont je suis le vice-président. Je m'y suis engagé à partir de 1981, je jouais d'ailleurs encore au Red Star à l'époque. En 1985, à la fin de ma carrière, j'ai décidé de m'y consacrer pleinement. Mon rôle est de défendre les joueurs sur les plans social et juridique, et de les soutenir dans leur reconversion.

Le terrain ne vous manque pas trop ?
Pas du tout ! Vous savez, ça fait maintenant 25 ans ! Je suis passé à autre chose…

Parisien de naissance, vous avez passé la majeure partie de votre carrière au Red Star. Que représente ce club pour vous ?
Le Red Star, c'est mon club ! C'est là que j'ai passé mes plus belles années, j’y ai commencé en catégories jeunes, et j’y ai signé mon premier contrat professionnel. Sur le plan sportif, c'est évidemment mon club de coeur. J'ai eu la chance d'évoluer avec des amis, Jean-Claude Bras, Roger Lemerre, Georges Eo…De toute façon, à l'époque, l'équipe n'était rien d'autre qu'une bande d'amis…D'ailleurs, on se revoit souvent, à l'occasion des matchs des Anciens. Et c’est toujours un grand plaisir.

Quel est votre meilleur souvenir de vos années "Red Star" ?
Mon meilleur souvenir, c'est le fait d'avoir pu côtoyer Nestor Combin et Roger Magnusson. J'avais 20 ans, et je jouais avec mes idoles ! C'est comme si, aujourd'hui, vous proposez à un gamin de jouer aux côtés de Zidane ! C'était vraiment deux stars, des joueurs fabuleux. Et puis, je le répète, le Red Star m'a donné la chance de jouer avec des amis. Je ne pourrais d'ailleurs pas vous citer de mauvais souvenir !

Continuez-vous à suivre les résultats de l'équipe actuelle ?
Bien sûr, je continue à suivre leurs performances de près. Le résultat du Red, c'est une des premières choses que je regarde dans Le Parisien du dimanche ! Evidemment, ce serait bien de monter en National, mais l'équipe est jeune. Il faut lui laisser le temps de se construire !

Propos recueillis par Etienne Martin.