fbpx
BAUER

Depuis 1909, le Red Star est présent à Saint-Ouen. Par son histoire, son architecture, son ambiance, le stade Bauer est devenu au fil des années une part essentielle de l’âme du club.

Mais ce stade ne répond plus aux exigences du monde professionnel. Après de longs échanges avec les acteurs concernés, la meilleure option est la construction d’un nouveau stade sur le même espace (un stade de taille modeste, en plein centre-ville, assis sur un espace commercial avec de nombreux services). Au cœur du territoire des Jeux Olympiques, le stade Bauer sera livré avant 2023 afin de pouvoir être inscrit comme stade d’entrainement ou de compétition des JO.

A l’heure où l’équipe première doit s’exiler dans un autre stade et où l’horizon se dégage concernant les projets autour du futur stade, nous avons souhaité ouvrir ce nouvel onglet sur le site pour partager avec vous toutes les informations concernant Bauer, avant, pendant et après les travaux.

Bauer : hier, aujourd’hui et demain.




Le groupement “Réalités” remporte l’appel à projet de la Métropole du Grand Paris pour la reconstruction du Stade Bauer.


Ce soir avait lieu l'annonce des lauréats de la deuxième édition d'Inventons la Métropole du Grand Paris.

Dès demain, le club proposera une réunion de travail auprès du groupement “Réalités” pour étudier le projet proposé et vérifier sa conformité avec les exigences du club.




Abonnement


Le Red Star FC retourne dans son stade mythique avant reconstruction. Abonnez-vous pour la saison 2019/2020.

★ LES AVANTAGES ★

✪ L’abonnement vous offre l’équivalent de 6 matchs gratuits sur la saison.
✪ 20% de réduction sur l’ensemble des articles de la boutique officielle du club.
✪ Deux événements au contact du groupe professionnel.
✪ Priorité d’achat pour les matchs de coupes joués à domicile.

VOUS POUVEZ DÈS À PRÉSENT VOUS ABONNER POUR LA SAISON 2019-2020 EN CLIQUANT ICI

L’abonnement donne accès aux dix-sept matchs du Red Star FC en championnat au Stade Bauer.
La carte d’abonnement sera à retirer à partir du lundi 15 juillet. Un mail concernant les modalités de retrait vous sera adressé. 




LE STADE BAUER, SES ORIGINES, SON HISTOIRE – ÉPISODE 8


Depuis 1909, le Red Star écrit sa légende à Saint-Ouen. Plongez dans un récit fascinant, en découvrant en plusieurs parties l'histoire du Stade Bauer. Alors que l'Étoile Rouge retrouve la Division 1 dans les années 70, le Stade Municipal subit un véritable lifting entre la nouvelle peinture des sièges et la construction de la grande tribune.

Au début des années 1970, le Red Star évolue en Division 1 avant d’alterner avec la D2 quelques années plus tard. C’est à cette période que le Stade de Paris va connaître plusieurs étapes dans son évolution. Jusqu’à la construction de la grande tribune en 1975, côté rue du Docteur Bauer, une butte en terre accueille de très nombreux spectateurs. Le mur d’enceinte résiste encore jusqu’à la fin des années 70. Le Stade de Paris (renommé par la suite Stade Municipal), présente alors un aspect très reconnaissable à celui que l’on connait aujourd’hui.

Stade de Paris, début des années 1970

À l’intérieur du stade, derrière la tribune d’honneur, un stand des supporters ainsi qu’une buvette accueillent les spectateurs. Ces stands en dur existent toujours aujourd’hui.

Stade de Paris, début des années 1970

Au début de la saison 1974-75, qui voit le retour du Red Star en Division 1, le stade est rénové et une seconde vie est donnée aux sièges en étant repeints.

Les sièges de la tribune centrale sont repeints au début de la saison 1974-1975

En pleine période de travaux, les joueurs à l’image de Nestor Combin et le nouveau venu Roger Magnusson doivent partager leur terrain avec les bulldozers. Comme sur cette photo, capturée pendant un entraînement.

Extrait de France Soir – Présentation de la saison 1974-1975

Le 1er décembre 1974, le Red Star accueille l’Olympique de Marseille. Une partie de la butte en terre derrière le but a déjà disparu et les spectateurs doivent se serrer contre un grillage les séparant du terrain. Un panneau annonce la construction d’une tribune de 7500 places.

Nestor Combin (à gauche) et Fleury Di Nallo (à droite), avant le match contre l’Olympique de Marseille

Début 1975, les grues font leur apparition dans le stade et veilleront désormais sur les rencontres de D1. Comme lors de Red Star – Monaco (en présence du prince Rainier et de sa fille Caroline) et de Red Star – Saint-Étienne.

Pendant Red Star Monaco, le 12 janvier 1975 (victoire 3-0)

Pour le match contre Saint-Étienne, le club publie un communiqué qui précise que la capacité de l’enceinte est réduite à 12.000 places en raison des travaux.

Le communiqué de presse du club avant la rencontre face à Saint-Etienne.

Au mois de mai, le toit n’est pas encore posé mais les gradins sont ouverts au public. Pour la première fois, les supporters pourront suivre un match de championnat, entre le Red Star et le Paris-SG, depuis la nouvelle tribune.

Extrait du journal BUT, dimanche 4 mai 1975 (1-1)

©Collection Gilles Saillant




Le nom du lauréat pour la reconstruction du stade Bauer sera connu le 19 juin 2019.


La Métropole du Grand Paris (MGP) vient d’annoncer la date de l’événement au cours duquel les noms des lauréats de la deuxième édition du concours d’innovation "Inventons la Métropole du Grand Paris" seront dévoilés. À cette occasion le nom du lauréat pour la reconstruction de Bauer sera dévoilé.


Les trois candidats finalistes GIDEC, PITCH & REALITES ont remis leur offre définitive le 29 mars. Dans les prochaines semaines, ils devront répondre aux questions d’un jury composé de la Mairie de Saint-Ouen, de l’établissement public territorial Plaine Commune, et de la Métropole du Grand Paris. A l’issue de ces oraux, le jury choisira le lauréat qui reconstruira le stade Bauer dans le respect du cahier des charges fixé par la MGP.

Comme il s’y est engagé, le Red Star continuera de publier les informations sur ce projet dans la rubrique Bauer du site internet du club.




RECONSTRUCTION DU STADE BAUER : FIN DE LA SECONDE PHASE POUR LES TROIS CANDIDATS FINALISTES


Comme prévu, vendredi 29 mars, les trois candidats finalistes du concours d’innovation Inventons la Métropole du Grand Paris remettront au jury leur dossier final. La MGP a fait savoir que le vainqueur serait connu mi-juin.


Depuis plusieurs mois, le club a rencontré les trois finalistes lors de réunions de travail productives pour dessiner l’avenir du Stade Bauer. Finances, programmation, esprit du lieu, architecture, flux de circulation, tous ces sujets ont été évoqués et le club a pu donner son avis, faire part de ses préférences, et parfois aussi de ses désaccords.

Au cours de ces réunions, le club n’a eu de cesse de rappeler l’histoire singulère de ce stade (que vous pouvez retrouver en cliquant ici). Il a également rappelé l’importance de préserver son âme, sa vocation sociale et de continuer à faire vivre ce lieu tous les jours de la semaine.

La reconstruction du Stade Bauer dans le respect des normes du football professionnel permettra au Red Star de trouver la stabilité nécessaire pour poursuivre son développement.




LE STADE BAUER, SES ORIGINES, SON HISTOIRE – ÉPISODE 7


Depuis 1909, le Red Star écrit sa légende à Saint-Ouen. Plongez dans un récit fascinant, en découvrant en plusieurs parties l'histoire du Stade Bauer. À l'aube des années 1960, le Stade de Paris voit le Red Star évoluer sans joueurs professionnels, à la suite d'une affaire de corruption, mais l'Étoile Rouge parvient à remonter immédiatement, faisant venir plusieurs dizaines de milliers de personnes à chaque match.

Le Red Star OA dispute le championnat de division d’honneur avec ses jeunes amateurs durant la saison 1960-61. Admis à nouveau en Division 2 la saison suivante, le Red Star accueille pour le premier match du championnat 1961-62 l’Olympique de Marseille, qu’il bat 2-0. Un retour parmi les grands réussi pour le Stade de Paris qui a même droit à la Une de “Miroir Sprint” !

Article du Miroir Sprint, 1961

Heureux de ce retour, le président Depreux voit plus loin : “J’étais indigné à la pensée de laisser dans l’ombre un club avec un tel passé, je ne pouvais admettre qu’on laissât désert le stade de Paris qui soutient la comparaison avec beaucoup de stades français. Nous entretenons des rapports amicaux avec la municipalité. La vétusté du stade n’échappe à personne, mais si nous remontons en première division, des améliorations importantes seront apportées aux installations.”

Ainsi, le Red Star, qui a toujours l’ambition de retrouver la Division 1, voit son stade se doter de l’éclairage. En 1964, les pylônes sortent de terre et les projecteurs sont inaugurés en mars 1965. Une première nocturne est organisée face à Valenciennes qui évolue en Division 1.

Archives municipales, 1964

Archives municipales, 1965

Le Red Star les rejoint la saison suivante, en gagnant sa place au terme d’une belle saison terminée à la deuxième place derrière l’OGC Nice. Cette année là, les joueurs de Jean Avellaneda battent notamment le Stade de Reims 1-0 devant plus de 20.000 spectateurs qui envahissent le 24 janvier 1965 les gradins du stade de Paris, faisant de Saint-Ouen la capitale du football français pour France football !

Article de France Football, 19565

 

Archives municipales, 1965

À l’époque, les joueurs semblent à l’étroit dans leur petit vestiaire tandis que l’entraîneur gare sa R8 le long des tribunes !

De gauche à droite : Novarro, Robinet, Avellaneda, Rodighiero, Jecker, Taillepierre et Manzano en survêtement – Collection Red Star, 1965

 

Extrait de Football Magazine, 1965

Cette décennie verra le RSOA faire l’ascenseur entre D2 et D1 : remonté en Division 1 en 1965 après 17 ans d’attente, il en redescend aussitôt en 1966 avant de fusionner miraculeusement avec le Toulouse FC en 1967, et de remonter un immédiatement en D1.

Arrivé de Saint-Etienne en 1967, le portier international Pierre Bernard fêtera son jubilé le lundi de Pâques 1969 face au Sporting du Portugal dans un stade municipal encore une fois noir de monde, avec plus de 20.000 spectateurs.

Archives municipales, 1969

©Collection Gilles Saillant




Foire aux questions


Afin de répondre aux questions concernant le futur du Stade Bauer, le Red Star a lancé depuis le 1er novembre 2018 une foire aux questions sur le sujet. Vous pouvez adresser vos questions à l'adresse mail suivante : [email protected] afin de permettre une mise à jour régulière de cette FAQ.

Qui sera propriétaire du stade : la ville, le club, le promoteur ?

En intégrant le Stade Bauer dans les projets de la Métropole, la mairie de Saint-Ouen s’est engagée à céder la propriété du terrain au lauréat du concours Inventons la Métropole du Grand Paris 2. Le modèle économique du futur équipement sera élaboré par l’acquéreur. Le club envisage plusieurs hypothèses, en concertation avec le futur propriétaire, allant de la location à l’acquisition du Stade.

Quand commenceront les travaux et quand aura lieu le premier match dans le nouveau stade Bauer ?

La date précise du début des travaux n’est pas connue. La Mairie de Saint-Ouen souhaite intégrer le Stade Bauer comme site olympique. Pour ce faire l’enceinte devra être terminée avant septembre 2023. Le calendrier précis des travaux ne pourra être connu qu’une fois le terrain cédé au lauréat désigné. 

Quels sont les noms des trois architectes des trois équipes qui participent au concours ?

Chaque équipe candidate comprend une équipe de maîtrise d’œuvre. Celle-ci doit en principe être conservée pour toutes les étapes de la conception du projet, sauf autorisation exprès et préalable de l’architecte, de la MGP et du Porteur de Site. Des évolutions des membres des équipes candidates sont donc envisageables dans les conditions prévues, et ce jusqu’à la date limite de remise des offres en mars prochain.
Certains noms d’architecte ont été annoncés dans la presse mais il n’appartient pas au club de les relayer. Chaque candidat a la liberté de communiquer la composition de son équipe candidat s’il le souhaite. La Métropole du Grand Paris de son côté a annoncé la liste des candidats finalistes le 16 octobre 2018.

Qu’est-ce que la Métropole du Grand Paris ?

La Métropole du Grand Paris (MGP) est une intercommunalité (regroupement de communes ou de municipalités) créée en 2016. Elle regroupe Paris, les 123 communes des trois départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne et 7 communes des départements limitrophes de l’Essonne et du Val d’Oise. Soit près de 7,5 millions d’habitants. Elle est présidée par M. Patrick OLLIER, maire de Rueil-Malmaison.

Qu’est-ce que “Inventons la Métropole du Grand Paris” ?

La Métropole du Grand Paris organise un appel à projets urbains innovants (“Inventons la Métropole du Grand Paris”) dont la deuxième édition vient d’être lancée. Le projet du Stade Bauer a intégré, en juin 2018, la liste des projets retenus dans cette nouvelle édition.

Quel serait l’impact sur le projet de reconstruction du Stade en cas de relégation en National ou d’une montée en Ligue 1 du club ?

Le projet de reconstruction est déconnecté des résultats sportifs du club résident. Toute descente ou montée du Red Star n’aurait donc aucun impact sur la reconstruction du Stade Bauer.

Quelles sont les garanties financières ?

L’appel à projets de la Métropole garantit une forte visibilité des sites présentés. De nombreux promoteurs et investisseurs avec des capacités financières importantes ont donc candidaté pour remporter le projet de reconstruction. La solidité financière des candidats a été l’un des critères de sélection dans le choix des trois finalistes. Tous les candidats espèrent remporter le concours et seul le meilleur projet l’emportera.

A quoi ressemblera le futur stade ?

Les trois projets finalistes participent à un concours et sont donc en concurrence. Chaque groupement finaliste travaille sur un projet qui lui est propre. Les trois projets architecturaux seront probablement différents.

Quelle sera la capacité du futur stade ?

L’appel à projet de la Métropole prévoit une capacité de 12.000 places minimum, sur l’emplacement actuel. Il est peu probable, au regard de la superficie de l’emprise foncière, que l’on dépasse les 18.000 ou 20.000 places même si les expérimentations actuelles sur l’éventualité du retour des tribunes debout peut permettre d’augmenter la capacité de l’enceinte.

On entend parler de commerces, de sport et d’Entertainment, quelles seront les enseignes présentes dans le stade ?

C’est trop tôt pour le dire. Néanmoins, les candidats retenus pour la phase 2 (ouverture de la base de données) sont pour certains associés avec des enseignes qui peuvent donner une idée : brasseur, marque de sport, cinéma, e-sport, restauration, start-up dans le domaine du sport ou de la santé.

Où joueront les équipes jeunes de l’association lorsque le stade sera reconstruit ?

Le club étudie activement plusieurs hypothèses. La reconstruction du Stade Bauer et l’installation notamment d’une pelouse naturelle pose la légitime question du devenir des équipes de l’association, qui ont été rassemblées à Bauer en 2009, conformément à la volonté du Président de faire de Bauer le lieu de rassemblement du Red Star, et de concentrer la vie de ce dernier sur ce lieu. Dans le projet de la MGP, le stade Joliot Curie ne sera pas modifié et pourra continuer d’accueillir l’école de foot. Mais ce terrain ne permettra pas d’accueillir l’ensemble des équipes de jeunes du club. Le futur centre de formation permettra d’accueillir les équipes élites. Et le club étudie plusieurs possibilités concernant son école de foot. Quelle que soit la solution qui sera entérinée par le Club, cette dernière intégrera la question des transports.

Une rénovation a minima est-elle possible pour jouer au stade Bauer avant le début des travaux du grand projet ?

La volonté du club est de permettre à son équipe première de revenir à Bauer le plus vite possible. En juillet dernier, lors d’une réunion publique, le club réaffirmait cette volonté. Cette rénovation dépend de nombreux facteurs extérieurs au club. Pour rappel, le club n’est pas propriétaire du Stade Bauer. La possibilité d’une rénovation à minima doit obligatoirement être articulé juridiquement et administrativement avec le plan d’urbanisation de la MGP et les différents projets des candidats finalistes. Et, là encore, se pose la question du devenir des 600 jeunes de l’association et des nombreux entraînements organisés chaque jour. Le club est pleinement conscient de ces problématiques et étudie toutes les possibilités, en prenant en compte et en respectant les contraintes liées aux compétitions organisées par la Ligue de Football Professionnel.

Que deviendra l’immeuble triangle ?

La Tour triangle ne fait pas partie de la parcelle intégrée par la Mairie de Saint-Ouen dans le cahier des charges de l’appel à projet “Inventons la Métropole du Grand Paris 2”.

Vous pouvez adresser vos questions à l’adresse mail suivante :[email protected] afin de permettre une mise à jour mensuelle de cette FAQ.

Crédits photo : redstar.fr




La Nuit des Idées prend place au stade Bauer


Dans le cadre de la quatrième édition de la Nuit des Idées et de l'usine à podcasts, le Red Star s'associe à Radio Nova et aux Inrocks jeudi 31 janvier pour une interview marathon.

La Nuit des Idées est un événement international lancé par l’Institut Français il y a quatre ans. Ouvert à tout le monde, ce moment d’échange et de partage invite les populations à se concerter et à débattre sur le thème imposé. Cette année, le thème choisi s’intitule “Face au présent” et trois interrogations tournent autour de ce sujet : le désir de porter un regard lucide sur l’actualité, l’exigence de renouveler les formes de l’engagement et l’envie d’interroger notre perception du temps.

En tant que hôte de l’événement, le Red Star met à disposition le Stade Bauer pour permettre à Radio Nova et les Inrocks d’organiser l’usine à podcasts, spécialement montée pour l’occasion. Des invités surprise se feront interroger en courant sur le terrain et les interviews seront retransmises en direct depuis la tribune principale du stade.

Une belle façon de découvrir les coulisses du direct, saupoudrées de festivités diverses et variées !L’événement est gratuit et ouvert au public sur réservation en ligne. Les personnes pourront assister au interview marathon en prenant place en tribune à partir de 19h.

CLIQUEZ ICI POUR RÉSERVEZ GRATUITEMENT VOS PLACES EN LIGNE.




LE STADE BAUER, SES ORIGINES, SON HISTOIRE – ÉPISODE 6


Depuis 1909, le Red Star écrit sa légende à Saint-Ouen. Plongez dans un récit fascinant, en découvrant en plusieurs parties l'histoire du Stade Bauer. Place au début de la seconde moitié du XXème siècle.

Après la fusion catastrophique avec le Stade Français en 1948, les professionnels du Red Star OA retrouvent la Division 2 et leur stade de Saint-Ouen pour la saison 1952-53. Un stade qui s’est agrandi avec de nouvelles tribunes mais que les Audoniens abandonnent une quinzaine de fois pour évoluer à Paris, au Parc des Princes. Le RSOA, tel qu’on l’appelle à l’époque, est encore un peu parisien d’ailleurs puisque son siège est situé au 14 de la place de Clichy.


Le terrain de la rue du docteur Bauer accueille durant cette décennie d’autres locataires comme le Stade Français et surtout le CA Paris, qui y joue régulièrement. C’est aussi l’époque des levers de rideau avec un premier match de D2 à 14h15 suivi de celui du Red Star, toujours en D2, à 16h00.

Programme de match

Au cours de la saison 1954-55, un premier système d’éclairage pour disputer des rencontres en nocturne est installé et inauguré le 30 août par un match amical opposant le Stade de Reims aux Hongrois de Vasas Izzo. Mais cet essai restera sans lendemain, et il faudra attendre les années 1960 pour assister aux premières véritables rencontres nocturnes du Red Star avec la construction des pylônes en dur.

Red Star – Toulon, le 29 août 1954 (victoire 5-2)

Inauguration de l’éclairage lors Reims – Vasas Izzo

Quelques années plus tard, lors du dernier match de la saison 1959-60 et au moment d’accueillir les Troyens pour un match décisif dans l’accession à la Division 1, le stade est ainsi présenté par son directeur Pierre Curien :  “La capacité actuelle du stade est de 23.000 places, dont 15.000 assises et couvertes. La municipalité a engagé l’an dernier 60 millions de francs dans le but de faire couvrir les ailes des deux tribunes et elle a fait poser de surcroît 525 sièges de cinéma dans ces mêmes tribunes il n’y a guère plus d’une semaine. Ces fauteuils qui ont coûté 50 nouveaux francs pièce, seront donc inaugurés dimanche.”
Et de poursuivre : “Si le Red Star regagne la Division 1, la municipalité a l’intention de faire édifier des virages à deux étages, l’un étant abrité par l’autre, et ce dernier – comme dans les stades italiens ou espagnols – se trouvant évidemment à ciel ouvert. Cela porterait en même temps la contenance du stade à 30.000 places.”

Malheureusement, à cause d’un nul (1-1), c’est Troyes qui accède à la Division 1. Les tribunes des virages ne seront jamais construites.




LE STADE BAUER, SES ORIGINES, SON HISTOIRE – ÉPISODE 5


Depuis 1909, le Red Star écrit sa légende à Saint-Ouen. Plongez dans un récit fascinant, en découvrant en plusieurs parties l'histoire du Stade Bauer. Affaibli par les conséquences de la Seconde Guerre mondiale, le Red Star Olympique continue, tant bien que mal, le combat pour conserver son stade mais brille sur le plan sportif.

En 1937, le Red Star Olympique obtient l’utilisation du terrain jusqu’en juin 1946. Mais en 1939, le conflit mondial remet tout en question. Stoppé en mai 1940, le championnat 1939-1940 ne peut aller à son terme et prive le club de recettes et de ressources suffisantes pour honorer ses engagements auprès de la municipalité de Saint-Ouen.


La rue du Docteur Bauer dans les années 1930/40

Après l’armistice de 1940, les compétitions sportives reprennent, sans les joueurs partis au front, et avec des recettes amoindries, empêchent de couvrir les frais occasionnés par l’organisation des rencontres et la location du terrain. Pour toutes ces raisons, une demande d’exonération est présentée en mars 1941 par le président Louis Le Corre et finalement acceptée par la Mairie et le préfet de la Seine.
Durant cette période, le RSO remporte le championnat de Division 1 (zone occupée) réduit à sept équipes, devant Rouen et Bordeaux. Puis il se classe 3ème la saison suivante et remporte la cinquième Coupe de France de son histoire face au FC Sète (2-0). Dans son parcours victorieux, l’Étoile Rouge dispose d’équipes telles que le Stade Reims et Lens. Petite anecdote, à cette époque, les clubs participants sont issus de trois zones délimitées selon par l’occupant : occupée, libre et interdite.

Le vestiaire en 1941


Red Star / Reims le 16 novembre 1941

Red Star / Lens le 3 mai 1942

La guerre terminée, le nouveau maire avertit en juillet 1945 le président Le Corre que la ville a décidé de reprendre possession du terrain sur lequel a été édifié le Stade de Paris à l’expiration du bail, le 30 juin 1946. La nouvelle ébranle les dirigeants audoniens mais la solution est vite trouvée : pour éviter de perdre son stade, le Red Star propose au maire Fernand Lefort un pourcentage sur les recettes annuelles, (5% jusqu’à 6 millions de francs, 8% de 6 à 10 millions, 10% au dessus de 10 millions) et la prise en charge de l’entretien de la pelouse. En contrepartie, il bénéficie de la publicité, à condition… qu’elle soit contrôlée par la municipalité (!). Des travaux sont également envisagés par la mairie pour augmenter le nombre de places, un millier de plus chaque année.

Mais en ce mois d’avril 1946, la décision la plus importante prise d’un commun accord par le nouveau président Pierre Leroi et le maire Fernand Lefort, est la fusion du Red Star Olympique avec les S.O.A. (Sports Olympiques Audoniens). Le club de la désormais rue du Docteur Bauer (en hommage au médecin de la rue Blanqui, fusillé par les nazis) va s’appeler Red Star Olympique Audonien.
Ainsi, le Red Star pourra conserver son terrain, qu’il devra toutefois partager pour des matches de rugby et des réunions d’athlétisme. Cependant, il est autorisé à disputer certains matches de championnat ailleurs, notamment au Parc des Princes, tant que des travaux d’aménagement par la mairie ne porteront pas la capacité du Stade de Paris à 30.000 spectateurs… Sur le terrain, le Red Star finit la saison 1945-1946 à la onzième place et atteint la finale de la Coupe de France pour la sixième fois de son histoire (défaite 4-2) face à Lille.

Classé septième au terme de la saison 1946-47 (la meilleure place de son histoire en Division 1), le Red Star finira 18e et dernier la saison suivante, avant une fusion sans lendemains avec le Stade Français qui privera le terrain de Saint-Ouen d’une équipe professionnelle jusqu’en 1952.




Métropole du Grand Paris : rencontre avec les candidats


Retour sur les rencontres avec les trois candidats pour la reconstruction du Stade Bauer.

Comme annoncé, le club a rencontré individuellement les trois candidats toujours en lice pour l’appel à projets de la Métropole du Grand Paris concernant la reconstruction du Stade Bauer.

À cette occasion, chaque candidat a pu présenter au club, sous réserve de confidentialité, la philosophie de son projet et ses perspectives de mises en oeuvre.

Le club a quant à lui fait part de ses attentes sur le plan architectural, sur la programmation et sur l’esprit du stade. Le Red Star a rappelé l’importance de préserver l’âme de Bauer, et de ne pas voir sortir de terre un stade adossé à un centre commercial. Il a mentionné l’importance que cette nouvelle enceinte soit un site innovant, en harmonie avec son territoire pouvant mêler plusieurs lieux de vie, permettant ainsi au quartier et à la ville de Saint-Ouen de renforcer son attractivité.

Les échanges ont également permis de travailler sur les modèles économiques et financiers des projets.

Les trois candidats ont encore quelques mois pour affiner leurs dossiers afin de préparer dans les meilleures conditions la remise des offres fermes et définitives qui aura lieu en mars 2019.

Pour rappel, les noms des trois candidats finalistes sont :

Le projet BAUER VILLAGE
porté par Picth Promotion.

 

Le projet RÉALITÉS-JULES RIMET : TOUS ENSEMBLE AVEC LE RED STAR ! 
porté par RÉALITÉS.

 

Le projet UNIK
porté par GIDEC.




LE STADE BAUER, SES ORIGINES, SON HISTOIRE – ÉPISODE 4


Depuis 1909, le Red Star écrit sa légende à Saint-Ouen. Plongez dans un récit fascinant, en découvrant en plusieurs parties l'histoire du Stade Bauer. L'après-guerre digéré, avec l'augmentation du nombre de supporters et l'arrivée du professionnalisme, le Red Star voit son stade se transformer.

Inauguré en 1922, le Stade de Paris devient la propriété du club en 1926. Mais en 1930, la municipalité de Saint-Ouen exprime le souhait de devenir propriétaire de l’enceinte et d’accorder au Red Star Olympique un bail d’une année, renouvelable par tacite reconduction, conformément à une délibération du Conseil municipal du 19 juin 1930. Quatre ans plus tard, le 19 avril 1934, la municipalité étend ce bail de 3 années jusqu’en 1937 puis le rallonge une nouvelle fois jusqu’au 30 juin 1940.

Avec l’instauration du professionnalisme en 1932, et des affluences toujours en hausse, le Stade de Paris se dote en décembre 1934 d’une tribune couverte en face de la tribune d’honneur installé depuis 1922. Deux mois plus tard, le 10 février 1935, le terrain de la rue de la Chapelle accueille une foule considérable pour la réception du FC Sochaux : 23.000 spectateurs envahissent gradins, buttes en terre et tribunes, établissant un record qui ne sera jamais battu à Saint-Ouen !

Red Star-Lille (2-1) saison 1936-37

À cette époque, un homme du bâtiment est à la tête du club : le Président Louis René Lecorre, qui dirige une entreprise de travaux publics. Le comité d’administration du club projette d’apporter des améliorations aux installations du stade, avec en particulier une importante augmentation du nombre de places abrités. Avant d’engager cette dépense qui s’annonce considérable, les dirigeants souhaitent obtenir de la Ville de Saint-Ouen une prolongation du bail.

En 1937, Louis Le Corre écrit au Maire de Saint-Ouen, M. Gustave Lesesne, pour lui demander de renouveler la convention d’occupation du Stade de Paris. La municipalité, qui n’est pas insensible à la réalisation de tels travaux qui va permettre à la commune de voir augmenter le produit des taxes, donne un avis favorable. Moyennant un loyer de 50.000 francs par an, le contrat de location est allongé jusqu’au 30 juin 1946. Unique obligation pour le Red Star Olympique : il lui faut mettre à la disposition des Sociétés Athlétiques Audoniennes la piste de course à pied sur laquelle pourront s’entraîner leurs membres jusqu’à la création du “Parc des Sports” de Saint-Ouen. Piste qui ne verra le jour qu’en… 1971.




LE STADE BAUER, SES ORIGINES, SON HISTOIRE – ÉPISODE 3


Depuis 1909, le Red Star écrit sa légende à Saint-Ouen. Plongez dans un récit fascinant, en découvrant en plusieurs parties l'histoire du Stade Bauer. Retour sur l'après-guerre, la France se relève alors doucement de la première grande tragédie mondiale. Le Stade du Red Star hérite pour la première fois depuis l'arrivée de l'Étoile Rouge à Saint-Ouen d'un nom : Le Stade de Paris. Pendant ces années-là, le club remporte ses trois premières Coupe de France.

Après la Première Guerre mondiale, le football reprend ses droits. Le Red Star, pas encore remis de ses nombreuses pertes, rate la première édition de la Coupe de France organisée en 1917, la grande compétition annuelle et nationale lancée par Henri Delaunay, fondateur de la toute jeune Fédération Française de Football. Dès 1918, l’Étoile Rouge reprend ses activités à Saint-Ouen et continue le recrutement des meilleurs joueurs issus de la région parisienne. Avec la venue de Paul Nicolas, alors considéré comme le meilleur talent français, le club Audonien s’impose comme l’équipe de l’Hexagone du moment.

En 1920 est lancée l’opération du grand stade. Le terrain est conservé au prix de gros efforts. Les installations sont mises sur pied grâce à un capital de 300.000 francs : 3.000 actions de 100 francs réparties entre 183 actionnaires (dont Lucien Gamblin lui-même, joueur du Red Star et considéré comme l’un des meilleurs arrières français). À partir de l’année suivante, le club réalise un exploit inédit en remportant successivement les éditions 1921, 1922 et 1923 de la Coupe de France en battant l’Olympique de Paris (2-1), le Stade Rennais (2-0) et le FC Sète (4-2). La même année, le Red Star agrandit son terrain avec la construction de deux tribunes et l’inaugure dans son nouveau format en octobre face au Racing (victoire 2 buts à 1), dans le cadre du Challenge des Dix, un tournoi que le Red survole. Le stade, moderne pour son époque, a été pensé de façon à éviter les envahissements de terrain : un profond fossé sépare alors les tribunes du terrain. Pour la première fois le terrain du Red Star porte un nom : Le Stade de Paris.

Quatre ans après, en 1926, le Red Star possède enfin son terrain, les actionnaires sont remboursés (ou non), selon leur volonté. Mais les 116 petits propriétaires environnants ne le voient pas du même œil et décident de mener une véritable bataille en montant un syndicat. Mais ils s’inclinent après une lutte d’un an. D’après Lucien Gamblin, “ils nous ont obligés à nous déshabiller dans les bistrots des environs. Heureusement, nous avions aussi des supporters, comme ce forgeron qui tenait boutique près du stade et qui nous préparait une “croûte” chaque fois que nous sortions de l’entraînement.”

©Collection archives Gilles Saillant




Réunions de travail avec les finalistes


Au lendemain du lancement de la phase 2 d’Inventons la Métropole du Grand Paris en accord avec la Mairie de Saint-Ouen et la Métropole du Grand Paris, le Red Star FC a adressé un courrier aux trois candidats finalistes, pour solliciter une rencontre.

Ces rencontres permettront au Red Star FC de discuter avec chacun des finalistes des différents projets de reconstruction du Stade Bauer, de permettre au club d’exposer sa vision à chacun des trois finalistes. Mais aussi de comprendre plus en détail les propositions et les projets. Les trois candidats ont répondu favorablement à la demande du club et des réunions sont programmées dans les prochaines semaines.

Après avoir rencontré les candidats, le Red Star publiera un compte-rendu de ces réunions, en respectant le souhait des candidats quant à la confidentialité de certaines informations des projets dans cette période de concours.

Pour rappel, afin de répondre aux questions concernant le futur du Stade Bauer, le Red Star a lancé en fin de semaine dernière une foire aux questions sur le sujet. Vous pouvez adresser vos questions à l’adresse mail suivante : [email protected] afin de permettre une mise à jour mensuelle de cette FAQ.

Crédits croquis : np2f architectes / pavillon de l’Arsenal




Métropole du Grand Paris : Phase 2


Ouverture de la base de données pour les candidats finalistes

Pour rappel, le 16 octobre 2018, à l’issue de la phase 1 de la seconde édition de l’appel à projet Inventons la Métropole du Grand Paris, les noms des trois candidats finalistes ont été dévoilés :

Le projet BAUER VILLAGE
porté par Picth Promotion.

 

Le projet RÉALITÉS-JULES RIMET : TOUS ENSEMBLE AVEC LE RED STAR ! 
porté par RÉALITÉS

 

Le projet UNIK
porté par GIDEC

Au lendemain de cette étape importante, la Mairie de Saint-Ouen a écrit aux trois candidats retenus pour leur communiquer les modalités d’accès à la base de données de la phase 2, qui est désormais ouverte. Cette base de données permettra aux trois candidats d’avoir des informations techniques complémentaires sur le site.

Commence également une phase d’échanges entre la mairie et les candidats pour préparer des offres définitives qui devront être remises en mars 2019.

Crédits croquis : np2f architectes / pavillon de l’Arsenal




LE STADE BAUER, SES ORIGINES, SON HISTOIRE – ÉPISODE 2


Depuis 1909, le Red Star écrit sa légende à Saint-Ouen. Plongez dans un récit fascinant, en découvrant en plusieurs parties l'histoire du Stade Bauer. Focus de 1909 à 1913, sur une période qui voit l'Étoile Rouge accueillir plusieurs grandes équipes européennes sur son terrain de Saint-Ouen qui s'améliore progressivement.

Privé de stade par l’apparition du Vél’ d’Hiv’, le Red Star est donc installé à Saint-Ouen depuis 1909 suite à l’acquisition de plusieurs parcelles de terre pour former un terrain. Avant ça, l’aire de jeu n’est qu’un terrain vague partagé par plusieurs centaines de personnes qui en cèdent un tiers au club. Après la victoire inaugurale face aux Anglais d’Old Westminster (3-1), le premier club de la capitale ne perd pas de temps. Il se concentre sur son recrutement. Et dès 1911 intègre à son effectif Eugène Maës et Pierre Chayriguès, prodige de 19 ans déjà international français et futur vainqueur des Coupes de France 1921, 1922 et 1923 avec le Red Star.

Rapidement, le club aménage autour du terrain des abris en bois pour accueillir le public. 

À cette époque, la rue du Docteur Bauer s’appelle encore la rue de la Chapelle, et le quartier continue son industrialisation avec la construction d’usines d’outillage mécanique et de production d’automobiles. En 1912, affilié à la Ligue de Football Association dont il est membre-fondateur, le Red Star Amical Club (tel qu’il est appelé jusqu’en 1926) connait une saison faste en remportant son premier titre de Champion de la LFA. La même année, l’Étoile Rouge est tout proche de signer un doublé, mais s’incline en finale du Trophée de France.

En mars 1913 vient le traditionnel Tournoi de Pâques, qui voit s’opposer le Red Star, Le Havre AC, l’Association sportive Française, l’Ajax Amsterdam, l’Excelsior de Bruxelles et West London. Le Red Star balaie les Belges 6-1 en quart de finale et se qualifie pour le tour suivant contre l’Ajax 2-0 (2 buts d’Eugène Maës) puis rencontre West London en finale. Match sans but, et malgré les deux prolongations qui suivent, les Anglais décident d’abandonner le terrain, laissant la victoire au Red Star.

Quelques mois plus tard, en mai, le club dispute un prestigieux match de gala contre les Londoniens de Tottenham Hotspur. Dans sa cage, Chayriguès est intraitable face aux professionnels. À la mi-temps, les Audoniens dominent et mènent 1-0. Pour la petite anecdote, l’arbitre, français, dépassé par la vitesse des Spurs, va leur refuser pas moins de quatre buts, qu’il juge hors-jeu. Les visiteurs britanniques ne partagent pas son avis et reviennent au score puis doublent la mise. Victoire 2-1 pour les Anglais.

La Première Guerre mondiale vient stopper les activités du club, qui voit plusieurs de ses meilleurs joueurs mourir au front.

La photo d’équipe victorieuse de l’Ajax :
Debout : Roland Richard (entraîneur), Chayriguès, Richer, Pellan, Rouchès, Gindrat, Gamblin
Accroupis : Morel, Poullain, Maës, Turcan, Lepage

© Collection archives Gilles Saillant




La Métropole du Grand Paris vient de dévoiler les noms des trois projets finalistes pour le Stade Bauer.


Le projet de reconstruction du Stade Bauer devient chaque jour un peu plus concret. Ces dernières années, un long processus a permis d’aboutir sur cette avancée majeure.


PRÉCÉDENTES ÉTAPES

–  En 2011, grâce à l’installation d’une pelouse synthétique, tout un club se rassemble à Bauer. Familles, staff, éducateurs, joueurs, tous cohabitent désormais dans ce lieu mythique qui devient le poumon du Red Star.

– À partir de 2012, le club commence à défendre auprès des collectivités la nécessité d’un projet privé, seule solution à la pérennité du stade. Convaincu que les projets publics n’aboutiront pas.

–  En 2014, le club propose un modèle économique, permettant une viabilité, un équilibre, et un futur possible à Saint-Ouen.

– En 2015, le club retrouve son statut professionnel, permettant d’envisager le haut niveau dans la durée.

– En 2016, les instances renforcent les exigences concernant les stades habilités à recevoir des rencontres de Ligue 1 Conforama et de Domino’s Ligue 2. Les pelouses synthétiques sont prohibées à compter de la saison 2017-2018.

– En 2018, après 6 ans de travail et différents projets, des réunions, des tensions, des échecs et réussites, la situation a évolué. Un consensus politique concernant la nécessité de reconstruire Bauer est trouvé, sur un modèle privé. Le Stade Bauer intègre le projet d’Inventons la Métropole du Grand Paris. Et plusieurs candidatures sont déposées sur le Stade Bauer.

LES TROIS FINALISTES

Ce soir, une nouvelle étape a été franchie. La Métropole du Grand Paris organisait à Courbevoie une grande conférence de presse en présence de tous les candidats et de tous les porteurs de site. La direction du Red Star avait été conviée, et était présente.

Le Président de la Métropole du Grand Paris, M. Patrick OLLIER, accompagné des vice-présidents et des conseillers métropolitains ayant présidé les jurys, a annoncé le nom des projets finalistes pour chaque site d’Inventons la Métropole.

Le site du Stade Bauer a suscité de nombreuses candidatures et fait partie des sites qui ont trois finalistes.

Parmi toutes les candidatures déposées, trois candidatures ont donc été retenues pour le projet de reconstruction du Stade Bauer. Sur la base du sérieux et des références de l’équipe candidate mais aussi de la programmation et de l’esprit proposé pour le site.
Voici les trois candidats toujours en lice sans jugement de valeur ni hiérarchisation.

Le projet BAUER VILLAGE
porté par Picth Promotion.

 

Le projet RÉALITÉS-JULES RIMET : TOUS ENSEMBLE AVEC LE RED STAR ! 
porté par RÉALITÉS

 

Le projet UNIK
porté par GIDEC


PROCHAINES ÉTAPES

Une nouvelle phase du concours s’ouvre désormais pour les trois finalistes avec une période d’échange entre les candidats et les porteurs de site. Les projets définitifs seront remis fin mars 2019 à la MGP.

Les offres seront examinées puis sélectionnées sur le fondement des critères non hiérarchisés et non pondérés ci-dessous :

  • Le caractère innovant du projet : les innovations visées par le projet seront analysées au regard de la pertinence des choix d’innovation faits en fonction du contexte urbain dans lequel s’insère le projet, de la nature et des caractéristiques du site, de l’état de l’art et des pratiques développées en France et à l’étranger en la matière, et de l’apport de l’innovation pour satisfaire aux objectifs exposés.
  • La performance environnementale et l’adaptation au changement climatique.
  • La qualité urbaine et architecturale du projet.
  • Le montage juridique et financier : le jury appréciera la sécurité du montage juridique et la cohérence et viabilité du montage financier.
  • La qualité du programme.
  • Le prix de cession : le jury appréciera la validité du prix proposé au regard des prix du marché, des références données par la Direction de l’Immobilier de l’Etat, des prestations et garanties offertes et, bien entendu, de la nature et du contenu innovant du projet.

En mai 2019, le lauréat sera dévoilé.

Tableau de Guillaume Bresson




LE STADE BAUER, SES ORIGINES, SON HISTOIRE – ÉPISODE 1


Depuis 1909 le Red Star écrit sa légende à Saint-Ouen. Plongez dans un récit fascinant, en découvrant en plusieurs parties l'histoire du Stade Bauer.

Le Red Star aura joué sur plusieurs terrains avant de faire du stade Bauer, connu également sous le nom de Stade de Paris, son antre historique. Fondé en 1897, le club à l’Étoile Rouge s’installe la même année le long du Champ de Mars, où il dispute ses premiers matchs. Avant d’être contraint de partir à cause de la spéculation immobilière.

C’est alors que le nouveau-né de Rimet se réfugie à Meudon, au sud de Paris. Il y évoluera jusqu’en 1902. Il revient taper le cuir à Bagatelle jusqu’en 1903 et déménage à Grenelle en occupant un terrain situé près de la station de métro Grenelle (aujourd’hui Bir-Hakeim), rue Nélaton. Vient 1907 et le club fusionne avec l’Amical Football Club : le Red Star Amical Club voit le jour. Mais le soulagement est de courte durée. En 1909, la Ville de Paris décide de démolir l’ancien Vélodrome et voit vite le potentiel du terrain du club pour y bâtir un nouveau temple du vélo. Orphelin, le RSAC doit une nouvelle fois trouver un terrain de repli.

L’effroi et l’inquiétude gagnent alors les dirigeants et les joueurs. Où aller ? Où jouer ? Le club n’en est qu’à ses balbutiements et refuse de se voir disparaître. À cette époque, au nord de Paris, une commune nommée Saint-Ouen, célèbre pour abriter un marché aux puces déjà reconnu, dispose de grands espaces au milieu de ses usines et de ses lignes de chemins de fer. Le Red Star jette alors son dévolu sur un vaste champ de blé, entouré de 116 lopins de terre, de jardins et de potagers. Le terrain ne se situe qu’à une trentaine de mètres de l’emplacement actuel du stade, du côté de l’actuel Joliot Curie. Le club ne perd pas de temps et inaugure le dimanche 24 octobre 1909 son nouveau stade, à 3 heures de l’après-midi face aux Anglais des Old Westminster (Amateur Football Association). Un petit millier de spectateurs se déplacent et assistent à ce match historique, avec une victoire (3-1) des onze premiers audoniens qui foulent le premier terrain du Red Star à Saint-Ouen : Woolley, Delblat, Morillon, Gamblin, Lepareur, Veau, Grunig, Chal, Lotter, Verbrugge, Fenouillère.  Durant cette saison 1909-1910, les Marine et Blanc parviendront à se maintenir en 1ère série, malgré un mauvais début de saison.

© Collection archives Gilles Saillant

Crédit photo : Gilles Saillant




Prochaine échéance pour le Stade Bauer le mardi 16 octobre


La Métropole du Grand Paris vient d’annoncer que les noms des trois projets finalistes pour le Stade Bauer et pour chacun des sites d’Inventons la Métropole du Grand Paris 2  seront connus le mardi 16 octobre.

Pour rappel, voici un récapitulatif des précédentes étapes :

Le 12 mai 2018

Lors du dernier match de la saison de National au Stade Bauer, quelques heures avant le titre de champion, une réunion de travail est organisée par le Red Star. Elle réunit les élus pour trouver une solution consensuelle sur le stade Bauer. En présence de Valérie PÉCRESSE (Présidente de la Région), Patrick KARAM (Vice-Président de la Région en charge des sports), Stéphane TROUSSEL (Président du département de Seine-Saint-Denis), Mathieu HANOTIN (Conseiller départemental en charge des sports), William DELANNOY (Maire de Saint-Ouen) et Cyril PLOMB (adjoint aux sports). Le club a également tenu à associer à cette réunion le “collectif Red Star Bauer” par l’intermédiaire de son président, M. Vincent CHUTET-MEZENCE et de Sébastien BERNARD. À l’issue de cette réunion la solution choisie concernant l’avenir du Stade Bauer est la reconstruction complète de l’enceinte.

Le 22 juin 2018

Grâce à ce consensus entre les différents acteurs politiques, le club et les supporters, et après diverses analyses juridiques, le Stade Bauer intègre les projets retenus dans le cadre de la deuxième édition d’Inventons la Métropole du Grand Paris. Les visites du site et la phase de dépôt des candidatures commencent.

Le 31 juillet 2018

La phase de dépôt des candidatures pour les sites retenus se terminent. Plusieurs dossiers sont déposés concernant le Stade Bauer.

Le lauréat pour la reconstruction du Stade Bauer sera connu en mai 2019.

Illustration : Octave Marsal




Inventons la Métropole du Grand Paris 2 : fin de la phase de dépôt des candidatures


Conformément au calendrier de l’appel à projets d’Inventons La Métropole du Grand Paris 2, les candidats avaient jusqu’au 31 juillet 2018 à 12h pour déposer leurs dossiers. La Métropole du Grand Paris a révélé hier que 224 candidatures ont été déposées, soit une moyenne de 8 candidatures par site. Pour rappel la prochaine échéance est fixée au 1er octobre, date de sélection des trois candidats qualifiés par site. Les dossiers reçus vont être analysés sur la base des critères suivants : – La solidité juridique et financière – La qualité et l’adéquation des références à la problématique du site et au projet – Les ambitions urbaines et programmatiques – L’ambition environnementale – Les ambitions en matière d’innovations Trois candidats par site seront admis à participer à la seconde phase de la consultation. Sur motivation, le jury pourra choisir de retenir un nombre supérieur de candidats sans pouvoir dépasser le nombre de quatre. Sur l’onglet BAUER de son site internet, le club continuera de relayer le plus régulièrement possible les informations et les étapes du projet concernant le Stade Bauer.




Hier, à quelques pas du stade Bauer, dans les locaux de Commune Image, se tenait une réunion d’informations sur le Red Star en présence de 65 personnes ayant répondu à l’invitation du club. Après une présentation de 25 minutes par le président Patrice Haddad et ses équipes, de nombreuses questions ont pu être posées. Voici le compte-rendu de cette réunion.

L’Ordre du jour de la réunion était le suivant :

I. Bilan 2008-2018
II. Saison 2018-2019
III. Projet 2024
IV. Echanges

I. Bilan 2008-2018 : Professionnalisation

Retrouver le statut professionnel :

La première feuille de route établie par le Président à la reprise du club en 2008 fixait comme objectif de retrouver le statut professionnel en 2015 : un objectif atteint. Le club a su élever son niveau et affirmer sa crédibilité dans le domaine sportif ,tout en conservant ses fondements populaires et en renforçant sa dimension sociale et culturelle.

Retour sur la saison écoulée 2017-2018 :

L’objectif fixé cet été de retrouver la Ligue 2 une seule saison après l’avoir quittée a été atteint. Une mission difficile que peu de club ont réussi ces dernières années. Le retour à Bauer a grandement contribué à la réussite sportive du club. La communion entre le public et les joueurs a été une preuve forte de la puissance que dégage et apporte le Stade Bauer. 

II. Saison 2018-2019 : Retour en Ligue 2

Bauer, Colombes, Beauvais :

Avec de nombreux documents à l’appui, le Président du Red Star a ensuite développé la chronologie et les raisons du nouvel exil à Beauvais.

Dès la descente en National, en mai 2017, le club a travaillé avec la LFP, la FFF et la mairie sur la rénovation à minima du stade Bauer dans l’hypothèse où le Red Star serait amené à jouer en Ligue 2. De nombreuses visites et réunions de travail ont été organisées. Néanmoins, mi-janvier, l’incertitude quant à la montée du club en Ligue 2 et le projet de la Métropole du Grand Paris ont incité la mairie à privilégier la solution pérenne que représente l’intégration de Bauer dans le projet Inventons la Métropole du Grand Paris 2.

Afin de préparer et d’anticiper une possible montée du club en Domino’s Ligue 2, le club est alors entré en contact dès la fin du mois de janvier avec le Département des Hauts-de-Seine afin d’évoluer au Stade Yves du Manoir. Le Red Star était prêt à réaliser les investissements nécessaires concernant la vidéo surveillance, les vestiaires, et le parcage visiteurs. En revanche aucune solution technique n’était possible pour l’éclairage. Les pylônes du Stade Yves du Manoir ne pouvait supporter la charge qu’aurait représentée l’ajout de lampes nécessaire pour permettre de répondre aux exigences de la LFP. La seule solution était de remplacer l’ensemble des pylônes du stade. Une opération impossible avant le 30 juin date à laquelle le Red Star devait fournir un stade homologué à la LFP.

Le Red Star a donc demandé la tenue d’un conseil d’administration extraordinaire à la LFP pour obtenir une dérogation concernant les 220 Lux manquants pour pouvoir jouer au Stade Yves du Manoir. Par une décision du CA du 27 juin, la demande du Red Star a été rejetée :

https://www.lfp.fr/uploads/fichiers/PV_CA_telephonique_27062018.pdf

Face au risque de relégation administrative, une main a été une nouvelle fois tendue par la ville de Beauvais.

Au cours des échanges, les équipes du Red Star ont précisé que d’autres stades en Île-de-France avaient été envisagés mais qu’aucun ne remplissait les conditions pour permettre au Red Star de jouer en Ligue 2.

Le club a conscience de la difficulté logistique, un vendredi soir, de se rendre à Beauvais. Le club met tout en œuvre pour y répondre. Le Red Star proposera pour tous les matches des navettes à prix coûtant au départ de Bauer et de l’université de Saint-Denis. Le club tente également de mettre en place un train retour entre les gares de Beauvais et de Paris-Nord pour les matchs du vendredi soir.

Le Président du Red Star a déclaré que le club et les joueurs, qui ont déjà connu un exil à Beauvais, avaient besoin d’être accompagnés physiquement ou moralement afin de continuer à se battre pour permettre au Red Star d’évoluer durablement dans son stade.

Objectif sportif :

Au cours des échanges avec la salle, Steve MARLET a également eu l’occasion de parler du mercato. Il a évoqué les joueurs qui avaient prolongés (F. Mendy, T. Teuma, S. Renot, P. Charruau) et les joueurs recrutés grâce au travail de la cellule de recrutement (Donisa, Kaddouri, Vidal, Seidou, Bourgaux, Berthier). Il a également confirmé que le club était encore à la recherche d’un attaquant et d’un défenseur. Steve MARLET a également souligné l’importance des récentes signatures de deux contrats stagiaires en prévision de l’ouverture du centre de formation.

III. Red Star 2024 :

Le Président du Red Star a ensuite expliqué les projets de développement du club sur les prochaines saisons : Le stade Bauer, l’ouverture du centre de formation et l’objectif de retrouver l’élite.

Stade Bauer, unique lieu possible

De nombreuses précisions ont été apportées concernant le projet de la Métropole du Grand Paris. Le calendrier de la consultation a été présenté :

inconnu.png

A ce sujet, le Red Star tient à préciser qu’il y aura un lauréat par site de la Métropole du Grand Paris (et le stade Bauer fait partie des sites sélectionnés). Il y a trente-deux concours pour sélectionner le meilleur projet pour chacun des sites.

Le Président du Red Star a insisté sur l’avancée majeure que représentait l’intégration du Stade Bauer dans la MGP. Tous les acteurs sont alignés sur le projet qu’il faut mettre en place, avec une cession du terrain, et un modèle économique viable. Le cadre juridique étant défini et contrôlé par la Métropole, le projet verra le jour indépendamment des résultats sportifs du club.

La question du stade dans lequel évoluera le club les saisons prochaines a également été évoquée. Avant le début des travaux liés au projet de la MGP, le Red Star va continuer d’oeuvrer en s’appuyant sur la Mairie de Saint-Ouen pour permettre au Red Star de rejouer le plus rapidement possible à Bauer. Une possibilité d’ailleurs évoquée par le Maire de Saint-Ouen lors de la réunion tenue avant le dernier match de la saison à Bauer.

La reconstruction du Stade Bauer pose la légitime question du devenir des équipes de l’association. Dans le projet de la MGP, le stade Joliot Curie ne sera pas modifié. Mais ce terrain ne permettra pas d’accueillir l’ensemble des équipes de jeunes du club. Le club étudie plusieurs possibilités, dont celle de voir les jeunes du club s’entraîner à Gennevilliers, sur l’actuel centre d’entrainement du Red Star.

Centre de formation :

La remontée en Ligue 2 permet au club de respecter le calendrier prévisionnel pour l’ouverture du centre de formation : dépôt du dossier à la rentrée, ouverture en septembre 2019. Aujourd’hui, le Red Star forme d’excellents jeunes mais ils partent trop tôt vers des centres de formation hors de la région parisienne. La présentation globale de ce projet sera faite à la rentrée.

Retrouver l’élite :

Le stade et le centre de formation sont les infrastructures nécessaires pour permettre au club de retrouver et de se projeter vers la Ligue 1 et s’y maintenir durablement. 




LE STADE BAUER INTÈGRE L’APPEL À PROJETS “INVENTONS LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS 2”.


Le Red Star se réjouit de la sélection du Stade Bauer parmi les sites d’Inventons la Métropole du Grand Paris 2. Inauguré le 24 octobre 1909, rénové en 1947, puis modernisé en 1965 et en 1975, le Stade Bauer n’avait connu depuis que des travaux de rénovation légère. Cette annonce constitue une étape historique.

Cet appel à projets est un formidable tremplin pour mettre en lumière cette enceinte mythique. “Inventons la Métropole du Grand Paris” s’est imposée comme la plus grande consultation d’Europe en aménagement, urbanisme et architecture et a suscité une immense mobilisation. Cette démarche a créé un effet de levier inégalé.

Aux portes de Paris, bientôt desservi par la ligne 14 et à deux pas des Puces, le Stade Bauer doit conserver son intégration dans le tissu urbain de la ville de Saint-Ouen comme depuis près d’un siècle et continuer de jouer un rôle fédérateur sur ce territoire.

Pour Patrice HADDAD, président du Red Star, “l’attachement du club et de ses supporters au Stade Bauer est unique. Le développement du Red Star y est lié, culturellement, historiquement et sportivement. Avec cet appel à projet, une telle symbiose sera préservée. C’est une avancée concrète. De ce fait, le club se déclare intéressé pour être partenaire avec tous les opérateurs qui seront candidats pour ce grand projet dans le calendrier défini par la Métropole du Grand Paris et consultable en ligne.”

Sur l’onglet BAUER de son site internet créé il y a plusieurs semaines, le club vous propose de suivre régulièrement les informations et les étapes du projet concernant le Stade Bauer.

Illustration : Octave Marsal




Réponse aux Cahiers du football


Suite à l’article publié ce jour dans Les Cahiers du Football le Red Star tient à apporter les précisions suivantes :

Après une longue période de consultation en étroite collaboration avec la Région Île-de-France, le Département de la Seine-Saint-Denis, et la Mairie de Saint-Ouen, la solution choisie concernant l’avenir du Stade Bauer propriété de la Mairie, est une reconstruction complète de l’enceinte. L’hypothèse retenue permettra ainsi au Red Star de pouvoir jouer dans son stade de manière pérenne indépendamment de la division dans laquelle évoluera le club.

Ce travail commun a permis d’intégrer le Stade Bauer dans la liste des sites présélectionnés pour Inventons la Métropole du Grand Paris 2. Le Stade Bauer fait partie des sites en cours d’expertise juridique.

Le concept du nouveau stade n’est pas d’être adossé à un centre commercial, mais d’être un site innovant en harmonie avec son territoire mêlant plusieurs lieux de vie, permettant au quartier et à la ville de Saint-Ouen de renforcer son attractivité.

Le Red Star peut se prévaloir depuis son installation au Stade Bauer en 1909 d’avoir toujours été suivi par un public fidèle dévoué et fervent, qui a toujours préservé durant les années difficiles l’âme de Bauer. Le club entend bien poursuivre sa progression de concert avec son public en développement constant.

Le Red Star souhaite disposer d’une enceinte qui permettra d’accompagner son développement vers le plus haut niveau, et de pouvoir répondre continuellement aux attentes des instances de football, nécessaire à l’expansion des clubs français. Mais avec la détermination de préserver sa faculté à unir et rassembler.

Le Stade Yves-du-Manoir, dans lequel le Red Star souhaite jouer ses rencontres de Domino’s Ligue 2 à compter de la saison 2018/2019, le temps que son Stade Bauer soit reconstruit, implique effectivement des aménagements. Mais le Red Star dément formellement une quelconque similitude dans les travaux nécessaires au Stade Yves-du-Manoir et au Stade Bauer pour l’homologation en catégorie 2 par la Fédération Française de Football de ces deux enceintes obligatoire pour évoluer en Domino’s Ligue 2.

Le Red Star tient également à rappeler que le projet de son centre de formation, n’est en aucun cas, comme mentionné dans l’article des Cahiers du Football, un projet fictif, et tient à rappeler l’engagement du Département de la Seine-Saint-Denis en étroite participation avec le club et la Fédération Française de Football, dans l’élaboration de ce futur complexe. L’objectif du club est de déposer le dossier d’ouverture du centre de formation auprès des instances en octobre 2018.




〓ENTRÉE LIBRE〓

Venez célèbrer ce samedi 12 mai à partir de 12h30 au Stade Bauer la montée en Ligue 2 du Red Star et assister à la remise du trophée de champion du National !

AU PROGRAMME

◊ Apéritif / Barbecue / Grillades
◊ Rencontre / photos / dédicaces avec les joueurs
◊ Remise officielle du trophée de Champion de National par la FFF
◊ Remise du trophée “Projet Social Club” par la FFF pour le Red Star LAB
◊ Produits de la montée disponibles
◊ Jeu concours avec des lots à gagner




En amont de la rencontre de ce soir face à Lyon-Duchère, s’est tenue une réunion importante organisée à l’initiative du club : Entre le Red Star, la Région Île-de-France, le Département de la Seine-Saint-Denis, et la Mairie de Saint-Ouen. L’ensemble des participants réunis pour la première fois ont évoqué l’avenir du Stade Bauer, et le futur centre de formation du club.

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse commun signé par l’ensemble des protagonistes.




Sa présence questionne autant que sa forme triangulaire, mais il fait partie du paysage de Bauer. Dans le sillage des fidèles et passionnés supporters, d’autres regardent les matches du Red Star au calme, tranquillement installés en terrasse sur le toit de ce bâtiment en mosaïque que l’on appelle…