René Fenouillère

Le premier international du Red Star


Demain, le Red Star se déplace à Avranches pour le compte de la 13ème journée. Une affiche de haut de tableau mais aussi historique de part le nom du stade René Fenouillère, ancien joueur de l’Étoile Rouge. C’est la Red Star Story de la semaine.

Né à Portbail, petite commune situé dans la Manche, le 22 octobre 1882, René Fenouillère découvre le football à Avranches, ville dans laquelle il est scolarisé durant son enfance. Cette ville de la Manche lui rendra hommage le 7 avril  1935 en faisant porter à son stade son nom. Explications.

Sans réellement avoir connu une carrière sportive marquante à l’USA, il fut le premier joueur véritablement emblématique du club. Alphonse Leblond, son camarade de l’époque, le décrit : « Il montra tout jeune des dispositions sportives très particulières; Sans être puissant, il était très athlétique et d’une souplesse incomparable, servi par un courage sans défaillance et une endurance sans limite .Il fut parmi nous le joueur de football complet, capable d’occuper n’importe quelle place …”

fenouillere

 

René quitte sa ville natale tôt pour poursuivre ses études en Angleterre. Outre-manche, il ne pratique cependant pas le football et s’oriente vers le rugby, dont la culture est déjà bien ancrée.

À la conquête de l’Espagne

Mais sa passion pour le ballon rond est bien réelle. Et lorsque l’occasion de poursuivre sa carrière footballistique en Espagne se présente, il ne réfléchit pas longtemps. En 1903, cet ailier gauche s’engage avec le RCD Espanyol où il se fit immédiatement une réputation de grand milieu de terrain… Le 8 mars de cette même année, la revue “Los Deportes” le place “à la même hauteur que Joan Gamper”. Ce dernier, au delà d’avoir été un joueur suisse, fut le fondateur et huitième président du FC Barcelone. Il a également cofondé le FC Zurich en 1896. C’est dire l’engouement autour de l’arrivée du français en Espagne. Le jour de la publication de cet article élogieux, René affronte le FC Barçelone à Horta dans le cadre de la Coupe Barcelone.  Une rencontre qui s’est terminée sur un match nul mais qui sert de véritable tremplin au Français. En effet, deux jours plus tard, il est prêté aux Blaugranas et dispute dans la foulée son premier match sous ses nouvelles couleurs. Opposé à une équipe de l’équipage du Galliope, un navire anglais, il réussit parfaitement ses débuts. Le Barça s’impose 1-0 face aux anglais. En somme, René Fenouillère dispute trois matches. Les deux suivants se déroulèrent le 28 mai (3-2) et le 27 juillet face au Mataroni (2-8, avec un but du français) lors d’un match qui se disputa à sept contre huit. Aujourd’hui, René Fenouillère jouit du statut de premier capitaine français du FC Barcelone.

 

fenouillere

L’aventure bleue

À la suite de son expérience au FC Barcelone, il arrive ensuite à Paris et au Racing Club de France afin d’y poursuivre sa carrière. Il ne reste cependant que très peu de temps chez les ciels et blancs et arrive en 1908 au Red Star. Une année faste pour René qui intègre alors l’Équipe de France. Sa carrière prend un véritable tournant. Il est en effet sélectionné pour participer aux Jeux Olympiques de Londres. Il ne joue en revanche pas le premier match contre le Danemark où la défaite fut retentissante. Éliminée, la France est repêchée car la Fifa exclu La Bohême de la compétition. Les Bleus sont alors qualifiés pour les demi finales. Opposé une nouvelle fois au Danemark, le 22 octobre, au White City à Londres, devant 1 000 spectateurs, René Fenouillère dispute son premier match avec l’Équipe de France. Les tricolores prennent « la raclée du siècle » : 17 buts pour le Danemark et un pour la France, inscrit par Émile Sartorius, joueur du Racing-club de Roubaix. La déroute française est cuisante et les Britanniques deviennent quelques jours plus tard champions olympique.

Au Red Star, il devient le premier joueur d’envergure.

C’est donc l’année de sa sélection que René Fenouillère arrive au Red Star. Il devient par ailleurs le premier international à évoluer dans le club de Jules Rimet. Lors de son passage il côtoie les joueurs emblématiques du club : Lucien Gamblin, Pierre Chayriguès ou encore Eugène Maës. La fin de sa période à Saint-Ouen fait de lui un joueur décisif. Il marque peu de buts mais fait la différence lors des matches compliqués. Lors de la sixième journée de la saison 1913-1914, il inscrit un doublé contre Le CS Athlétique pour une victoire quatre buts à deux. Les deux autres buteurs sont Eugène Maës et Antoine Rouchès.

Mort pour la France

René Fenouillère dispute son dernier match de football en 1915 à l’occasion d’une partie amicale entre Avranches et des troupes alliées. Au cours de la Première Guerre Mondiale, il s’engage dans le 2e régiment d’infanterie de Granville. Alors en Belgique pour défendre la France, il se blesse et est contraint de retourner à Avranches afin de se faire soigner. Une fois guéri, le sous-lieutenant René-Victor Fenouillère au 410e Régiment d’Infanterie retourne au front et meurt le 4 novembre 1916 au nord de Reims. « Tué à l’ennemi », il est enterré au cimetière national de Sillery, à 5 km au Sud-Est de Reims. (Marne).

Maxime Eyrignoux

Remerciements à Gilles Saillant pour ses photos archives de René Fenouillère.