fbpx
LEGACY

Red Star / Metz


12 avril 1936. Dernier de Division 1, le Red Star reçoit Metz, après avoir été éliminé en demi-finale de Coupe de France par Charleville. Pour cette deuxième confrontation de la saison, le club de Saint-Ouen va prendre sa revanche.

Le Red Star, seizième et dernier du championnat de première Division reçoit le 12 avril 1936 Metz, classé neuvième. Une semaine plus tôt, le 5 avril au stade de Colombes, Charleville et Julien Da Rui ont privé les Audoniens d’une nouvelle finale de Coupe de France en les éliminant (2-1) en demi-finale.

Cette saison, le Red Star fait dans l’international : aux côtés des joueurs français cohabitent l’Écossais Harold O’Neill, l’international autrichien Adolf Pohan, les Hongrois Károly Sas et Paul Acht et un international argentin Guillermo Stabile surnommé « El Filtrador », sacré meilleur buteur de la Coupe du monde 1930.

Manville, le portier messin, en train d’arrêter l’une des nombreuses offensives du Red Star – Extrait de Paris Soir, 13 avril 1936

Le Red Star débute la rencontre sur les chapeaux de roues et ouvre le score après le premier quart d’heure de jeu par O’Neill, sublimement servi par Chantrel (17′). Encouragés par ce succès, les locaux récidivent et doublent la mise quelques minutes plus tard par un certain Alfred Aston, présent au point de pénalty (21′). L’Étoile Rouge ne s’arrête pas là et Daumin augmente l’écart, après une passe d’Aston. Le Red Star, qui n’avait pas gagné depuis cinq matches, est en train de mener 3 buts à 0 face à Metz. Le FCM réplique enfin par Roger qui démarqué est auteur d’une belle course et réduit le score. Mais le club de Saint-Ouen a le dernier mot et Stabile enfonce le clou. Les Audoniens rentrent au vestiaire en menant 4 -1.

Alfred Aston, à gauche – Gilles Saillant

De retour sur le terrain, Stabile confirme en plantant le cinquième pion après avoir dribblé la défense messine avec audace. Metz ne parvient pas à construire et subit la loi audonienne. Le Red Star montre à nouveau sa supériorité quelques minutes plus tard grâce à O’Neill, encore lui, qui d’une tête bien remise offre le sixième but à son public. Les visiteurs, complètement désemparés, parviennent en fin de match a marqué un second but. C’est sur le score de 6 buts à 2 que la partie s’achève.

Extrait de Paris Soir – 13 avril 1936

Malgré cette belle victoire, le Red Star n’arrivera pas, tout au long de la saison, à s’extraire du bas de tableau, finira quatorzième sur seize mais restera en D1.

@Collection Gilles Saillant