fbpx
A. Hlolamenu : « Un excellent challenge ! »

Avant la Coupe Nationale de futsal, entretien avec Alain Hlolamenu

Pour la première fois de son histoire, la section futsal du Red Star dispute les seizièmes de finale de la Coupe Nationale à élimination directe. Les Audoniens, pensionnaires de DH (troisième échelon national), reçoivent samedi 1 mars Roubaix qui évoluent en Ligue 2 et troisième de sa poule. La rencontre se déroulera à l’espace Peugeot d’Aulnay-sous-Bois à 16h. L’occasion de rencontrer Alain Hlolamenu, entraîneur de l’équipe audonienne.

Alain, quel a été le parcours de l’équipe dans cette Coupe Nationale ?
On a commencé au deuxième tour, car comme on évolue en DH (troisième échelon national), on a donc été exempté du premier tour. Ensuite on a gravi toutes les étapes pour arriver maintenant en seizièmes de finale ! On a éliminé Courbevoie (2-3), l’US Ivry (3-6), la section futsal du Paris Saint-Germain (4-5), Evry Diamant au dernier tour régional (6-1) et Fauville en trente-deuxièmes de finale (3-8).

C’est une fierté d’atteindre ce niveau de la compétition dans ce format là, à savoir en élimination directe ?
Bien évidemment ! Mais ce n’est pas la première fois ! On a déjà été en demi-finale de la Coupe, mais c’était sous une autre forme. A l’époque, la Coupe Nationale se faisait par plateaux. Et donc sous cette formule, on avait atteint le dernier carré en 2005, éliminé par Créteil futsal. Mais c’est vrai que sous cette forme là, élimination directe, atteindre ce niveau, on en est assez fier, cela a une autre saveur !

La Coupe est une belle parenthèse dans une saison compliquée ?
On avait de grosses ambitions cette saison en DH, à savoir la montée. Mais cela ne s’est pas passé comme on l’avait souhaité. On n’est pas très bien classé (dixième avec vingt-neuf points, NDLR), mais on commence à remonter la pente ! On va tout donner pour assurer le maintien et accéder à des places honorables. Il nous reste presque tous les matches retours. Et on va jouer notre chance à fond en Coupe de Seine-Saint-Denis où l’on disputera les seizièmes de finale le 22 mars prochain à Tremblay-en-France. Une compétition qui nous tient à cœur également.

Qu’est-ce qui manque pour poursuivre le développement ?
Il y a un très grand essor sur la pratique du futsal actuellement en France. D’années en années, de plus en plus de clubs se créent. Aujourd’hui, la région parisienne s’est très bien développée au niveau du futsal. Et on souhaite justement avec le Red Star atteindre le niveau supérieur.

Qu’est-ce qui plait justement dans cette pratique ?
Le fait de jouer en salle est vraiment apprécié. Beaucoup de joueurs qui faisaient du foot à onze. C’est une discipline attractive, spectaculaire avec beaucoup de gestes techniques ! C’est également convivial, on est dans une salle, les gens aiment cette ambiance, celle des sports de salle ! Après il faut formater futsal. On a tendance à dire que lorsque l’on a joué à onze on peut joueur au futsal et inversement, alors que pas du tout.

Qu’est-ce que signifie « formater futsal » ?
On a des joueurs qui pour la plupart sont issus du foot à onze et quand ils arrivent au futsal, ils ont encore les réflexes du foot à onze. Par exemple, un attaquant reste attaquant, le milieu dans sa zone, le défenseur ne bouge pas de sa défense. Au futsal tout le monde attaque et tout le monde défend. Un autre critère, c’est celui des contrôles. Au futsal, il n’y a que des contrôles avec la semelle. Finalement le futsal s’apparente presque au handball !

Quelles sont les différences finalement avec le foot à onze ?
Déjà sur le nombre, au futsal, il y a quatre joueurs de champ et un gardien. Après il y a des spécificités propres au futsal, comme les remises en jeu qui se font au pied et non à la main, on a quatre secondes pour relancer, pour effectuer un coup franc… Dès que l’on a fait six fautes, on a le droit à un penalty à dix mètres et à la pause les compteurs sont remis à zéro.

Le fait de jouer contre une Ligue 2, c’est formidable pour le club ?
C’est ce que l’on veut, ce que l’on recherche ! Même quand on dispute des amicaux, on cherche des équipes de Ligue 1, Ligue 2 de région parisienne, cela nous permet de nous situer. C’est un excellent challenge ! En plus Roubaix est bien classé dans sa poule de Ligue 2 (troisième de la poule A). Ils ont aussi une belle expérience en Coupe Nationale puisqu’ils l’ont déjà remporté (Roubaix futsal a gagné quatre fois la compétition, comme le Sporting club de Paris, NDLR).

Et avec la magie de la Coupe, tout peut arriver…
C’est comme en Coupe de France, tout est possible ! C’est sur un match, avec peut être des prolongations ou des tirs au but… Il y a des différences de niveau, mais nous petit poucet, ça nous galvanise, on veut bien faire ! Et en plus on va jouer dans une belle salle. C’est justement une source de motivation supplémentaire pour nous ! Ce n’est pas un inconvénient, nos supporters vont se déplacer et on est vraiment content de jouer dans cette salle, c’est un véritable plus !

Propos recueillis par Loïc Revol

Informations billetterie :
Places en vente au guichet le jour du match au tarif unique de 3 euros (ouverture des portes à 15h).
À l’occasion du match de National entre le Red Star et Luzenac (vendredi à 20h30 au Stade Bauer), les personnes qui auront acheté une place bénéficieront de plus d’une offre promotionnelle pour assister au 1/16 de finale : la place à 1 euro.
Les abonnés et licenciés du club sont invités au match (sur présentation de leur carte d’abonné ou de licence, dans la limite des places disponibles).