fbpx
« Beaucoup de concentration et d’envie »

Entretien avec Julien Toudic avant Red Star / Lens

À la veille du choc contre Lens, Julien Toudic a répondu aux questions de redstar.fr. Il évoque ses débuts réussis avec le Red Star ainsi que la dynamique du club actuellement. L'attaquant de 31 ans ne se cache pas, il espère une victoire face à son ancienne équipe.

Julien, avant d’affronter Lens, comment avez-vous préparé ce choc ?

On a préparé cette rencontre avec beaucoup de concentration et d’envie après une belle victoire à Niort. Il faut confirmer à domicile. Contre une équipe comme celle là, nous devons imposer notre style comme on a su le faire contre Strasbourg en début de match.

Justement, que faut-il retenir de la victoire à Niort ?

Pour moi, l’état d’esprit avant tout. Dans leur stade, Niort n’a pas souvent lâché de points. On n’a pas tout réussi mais il faut aussi savoir gagner dans la difficulté. Nous avons été récompensés de nos efforts. Maintenant il faut passer à autre chose et enchaîner avec une autre victoire.

Tu as joué une saison à Lens (2011-2012) en Ligue 2. Que gardes-tu de ce passage ?

Je garde un très bon souvenir de Lens. J’avais inscrit huit buts (ndlr : en vingt-cinq matches). C’est un club chaleureux avec une ferveur magnifique. Au quotidien, j’ai côtoyé des gens extraordinaires. Le seul regret, c’est d’avoir manqué la montée. On avait un groupe de qualité avec notamment Serge Aurier et Geoffrey Kondogbia.

Avec 173 matches de Ligue 2 dans les jambes, tu es l'un des joueurs les plus expérimentés de l’effectif à ce niveau. As-tu déjà connu une bataille pour le maintien ?

Pas mal de fois. Je me souviens, à Laval, nous avions sept ou huit points de retard à la trêve. Denis Zanko, le coach, nous avait remobilisé et nous nous étions maintenus. Pareil avec le Stade Malherbe de Caen en Ligue 1. Cette année, au Red Star, je trouve que le groupe est uni avec des joueurs qui se tirent vers le haut. Même ceux qui jouent moins, tout le monde bosse au quotidien et avec le sourire.

Depuis ton arrivée en janvier, tu sembles avoir retrouvé de bonnes sensations…

Je me sens très bien physiquement. J’ai eu un coup de moins bien au mois de septembre car j’étais sans club après une saison à l’AC Ajaccio. Je me suis ressourcé dans mon club formateur à Caen et auprès de ma famille. Le Red m’a redonné ma chance. Évidemment, je me bats aussi pour leur rendre la pareille.
 

Propos recueillis par Maxime Eyrignoux
Crédit photo : Panoramic