Ismaël Camara

le joueur le plus polytechnique du Red Star Article rédigé par VICE

Le Red Star vient de signer une convention avec l’école Polytechnique pour encadrer scolairement Ismaël Camara, l’un de ses talents les plus prometteurs. Un moyen de conserver les jeunes pousses dans le giron du club tout en assurant leur éducation.

VICE et le Red Star se sont associés pour vous faire vivre de l’intérieur la saison des Vert et Blanc de Saint-Ouen. Aujourd'hui VICE fait un gros plan sur Ismaël Camara, jeune pépite audonienne, accompagné dans sa préparation du Bac par deux étudiants de Polytechnique.

"D’autre clubs m’ont relancé et ont appelé ma mère… Mais le Red Star, c’est le club qui m’a donné ma chance". S’il a tout juste 17 ans, Ismaël Camara fait bien plus que son âge. La voix calme, mesurée, celui qui a disputé son premier match en National cette saison étonne par sa maturité. Car le garçon est courtisé. Des mastodontes – de Ligue 1 notamment – auraient voulu débaucher le numéro 35 des Verts. C’était sans compter la solution trouvée par son président : créer un partenariat, acté vendredi 8 décembre, sous forme de tutorat avec l’École polytechnique pour l’accompagner durant l’année scolaire. 

Adrien Loty et Mathieu Roule, tous les deux en première année à l’X, sont donc les profs de maths particuliers d’Ismaël Camara. Un soutien nécessaire car le jeune joueur, inscrit en Terminale STMG (sciences et technologies du management et de la gestion) au lycée Paul Eluard de Saint-Denis, ne peut suivre que des demi-journées de cours – les matinées étant exclusivement consacrées aux entrainements.

Choyer ses talents

Cette convention – totalement inédite – entre un club de foot et une grande école permet aux jeunes joueurs de conjuguer études et sports, un élément fondamental pour attirer les meilleurs d’entre eux. A leur âge, les familles sont encore décisionnaires et pour elles, la qualité de l’enseignement scolaire est un critère qui fait la différence. "Le fait d'être encadré dans une petite structure, c'est rassurant pour eux et pour l'enfant au cas où il n'accède pas au professionnalisme", souligne Cyril Nazareth, sociologue du football spécialiste du 93. Et on les comprend : au final, seul un apprenti sur dix aura la chance de faire une carrière professionnelle. Mieux vaut, donc, assurer ses arrières…
 

photo

Et puisque le Red Star n’a pas encore de centre de formation, le genre de structures vers lesquelles se dirigent naturellement les jeunes footballeurs qui rêvent de professionnalisme, il a fallu faire preuve d’ingéniosité : "Nous suivons Ismaël depuis ses débuts et nous tenions à ce qu’il reste avec nous. C'est une des raisons qui nous a poussés à mettre en place ce projet, mais pas la seule. Cette convention permettra également à l'avenir à d'autres jeunes joueurs de bénéficier d'un encadrement scolaire de qualité", explique Grégoire Potton, le nouveau directeur général du club audonien.

Une passerelle entre deux univers

Ce partenariat crée une passerelle entre deux mondes que tout oppose, mais qui, finalement, s’avèrent complémentaires. "Il y a un intérêt partagé, notamment parce que nous travaillons beaucoup sur la technologie", explique Pierre Herrero, directeur de cabinet de l’Ecole Polytechnique. Ainsi, l’X travaille à l’élaboration d’un nouveau programme statistique permettant de mieux évaluer les performances des joueurs. Une initiative stimulante pour les futurs ingénieurs, et tout aussi bénéfique pour le club.

A plus long terme, le Red Star compte sur ce prestigieux allié pour bâtir les fondations d’un véritable centre de formation. Reste à franchir un cap, sportif cette fois. D’ici là, Ismaël Camara travaille d’arrache-pied pour atteindre ses objectifs : remonter en Ligue 2 et avoir son bac. "C’est une question de fierté, c’est important pour moi. Et puis j’ai envie de pouvoir dire à ma mère que je l’ai eu." Comme n’importe quel élève de terminale, finalement.

Clément Pons
VICE
crédit photo : redstar.fr