BAUER LEGACY #2

LE STADE BAUER, SES ORIGINES, SON HISTOIRE – ÉPISODE 2


Depuis 1909, le Red Star écrit sa légende à Saint-Ouen. Plongez dans un récit fascinant, en découvrant en plusieurs parties l'histoire du Stade Bauer. Focus de 1909 à 1913, sur une période qui voit l'Étoile Rouge accueillir plusieurs grandes équipes européennes sur son terrain de Saint-Ouen qui s'améliore progressivement.

Privé de stade par l’apparition du Vél’ d’Hiv’, le Red Star est donc installé à Saint-Ouen depuis 1909 suite à l’acquisition de plusieurs parcelles de terre pour former un terrain. Avant ça, l’aire de jeu n’est qu’un terrain vague partagé par plusieurs centaines de personnes qui en cèdent un tiers au club. Après la victoire inaugurale face aux Anglais d’Old Westminster (3-1), le premier club de la capitale ne perd pas de temps. Il se concentre sur son recrutement. Et dès 1911 intègre à son effectif Eugène Maës et Pierre Chayriguès, prodige de 19 ans déjà international français et futur vainqueur des Coupes de France 1921, 1922 et 1923 avec le Red Star.

Rapidement, le club aménage autour du terrain des abris en bois pour accueillir le public. 

À cette époque, la rue du Docteur Bauer s’appelle encore la rue de la Chapelle, et le quartier continue son industrialisation avec la construction d’usines d’outillage mécanique et de production d’automobiles. En 1912, affilié à la Ligue de Football Association dont il est membre-fondateur, le Red Star Amical Club (tel qu’il est appelé jusqu’en 1926) connait une saison faste en remportant son premier titre de Champion de la LFA. La même année, l’Étoile Rouge est tout proche de signer un doublé, mais s’incline en finale du Trophée de France.

En mars 1913 vient le traditionnel Tournoi de Pâques, qui voit s’opposer le Red Star, Le Havre AC, l’Association sportive Française, l’Ajax Amsterdam, l’Excelsior de Bruxelles et West London. Le Red Star balaie les Belges 6-1 en quart de finale et se qualifie pour le tour suivant contre l’Ajax 2-0 (2 buts d’Eugène Maës) puis rencontre West London en finale. Match sans but, et malgré les deux prolongations qui suivent, les Anglais décident d’abandonner le terrain, laissant la victoire au Red Star.

Quelques mois plus tard, en mai, le club dispute un prestigieux match de gala contre les Londoniens de Tottenham Hotspur. Dans sa cage, Chayriguès est intraitable face aux professionnels. À la mi-temps, les Audoniens dominent et mènent 1-0. Pour la petite anecdote, l’arbitre, français, dépassé par la vitesse des Spurs, va leur refuser pas moins de quatre buts, qu’il juge hors-jeu. Les visiteurs britanniques ne partagent pas son avis et reviennent au score puis doublent la mise. Victoire 2-1 pour les Anglais.

La Première Guerre mondiale vient stopper les activités du club, qui voit plusieurs de ses meilleurs joueurs mourir au front.

La photo d’équipe victorieuse de l’Ajax :
Debout : Roland Richard (entraîneur), Chayriguès, Richer, Pellan, Rouchès, Gindrat, Gamblin
Accroupis : Morel, Poullain, Maës, Turcan, Lepage

© Collection archives Gilles Saillant