fbpx
BOURGMAN

Emmanuel Bourgaud a joué la semaine dernière face à Villefranche avec un masque de protection


Opéré avec succès à l'os zygomatique le mois dernier après un choc survenu lors du match face à Toulon, Emmanuel Bourgaud s'est entraîné pendant trois semaines avec un masque de protection en carbone. Scanner, fraisage, démoulage, ponçage : autant d'étapes de fabrication pour arriver au résultat sur-mesure souhaité.


« Une fois, on m’a demandé en urgence de réaliser un masque pour Valentin Rongier. C’était en 2016. Depuis, j’ai dû fabriquer une dizaine de prothèses pour les footballeurs »
. Laurent Moriceau, initialement fabriquant de protège-tibias sur mesure, a réalisé il y a quelques semaines la protection nécessaire à Emmanuel Bourgaud pour continuer de s’entraîner pendant la période de consolidation de l’os.

Le travail de fabrication, étalé sur deux jours, doit respecter un processus composé de plusieurs étapes. Après s’être renseigné auprès du corps médical du Red Star sur la blessure et la zone exacte à protéger, Laurent a réalisé un scan 3D complet de la tête, afin de reproduire à l’identique la forme du visage d’Emmanuel Bourgaud.

Ensuite, le fichier numérique de ce scan est lu par une fraiseuse, qui va reproduire dans un bloc de mousse la forme exacte de la tête.

Du carbone va être appliqué sur le moule afin d’avoir une représentation de la tête, dans laquelle le masque va être fabriqué après découpage.

Il faut laisser reposer vingt-quatre heures pour que l’élément s’injecte dans le moule. Une fois que le carbone est solide et prêt au découpage, la forme du masque est dessinée, découpée puis poncée. Il ne reste plus qu’à réaliser des trous au niveau des yeux et du nez et le port du masque devient possible.

Crédit photos & vidéos : Laurent Moriceau
Crédit photo match : Jacques Martin