LEGACY JEAN BAEZA

Un peu moins de quinze jours avant de défier l’Olympique Lyonnais en 8ème de finale de la Coupe de France redstar.fr s’intéresse aux grands noms passés par les deux clubs. Le deuxième épisode est consacré à Jean Baeza.


Le Red Star est le 9ème club ayant fourni le plus d’internationaux à l’Équipe de France. Aujourd’hui nous nous intéressons au dernier sélectionné tricolore sous le maillot du Red Star !

“Avec 11 Baeza en Équipe de France, on ne voit pas comment elle pourrait être battue”. Une phrase prononcée par les journalistes de l’époque qui pose les bases de la qualité de footballeur de Jean Baeza. Le latéral gauche est le genre de joueur qu’il vaut mieux avoir avec soi que dans le camp d’en face. Combattif, dur sur l’homme, teigneux et vaillant, Baeza rejoint le Red Star en 1968 et y amène toute sa fougue et son expérience.

Le club de l’Étoile Rouge recrute alors un véritable guerrier qui ne ménage pas ses efforts, jusqu’à s’entrainer deux fois par jour ! Le matin avec son club et l’après midi à Courbevoie où il rejoint les coureurs de demi-fond et les sprinteurs. Une véritable force de la nature qui commence chaque match avec une volonté et une détermination de fer. Quitte à énerver ses adversaires qui ne manquent pas de se venger. Comme Amancio Amaro Varela lors d’un match Espagne-France qui lui donne un coup de pied à la tête : “Quand on marque un adversaire au fer rouge sans lui faire de cadeau, il faut s’attendre à en prendre en retour. J’essaie simplement, à ce jeu-là de ne pas être débiteur”. Une autre époque.

Mais Baeza c’est aussi une technique et une relance rare pour l’époque : “Il y a un geste qui me déplaît : le dégagement au hasard. J’aime remettre la balle en de bonnes conditions, au partenaire bien placé.” Originaire d’une famille d’ouvrier, Jean Baeza trouve rapidement ses repères à Saint-Ouen “Ce qui me plaît ici, c’est le milieu. Saint-Ouen, c’est le monde des ouvriers. Le mien, celui de ma famille. J’y suis à l’aise, j’y suis moi-même, mieux qu’ailleurs”. Avec Baeza dans ses rangs et un recrutement ambitieux, le Red Star espère faire une bonne saison mais finira à une décevante quinzième place.

Jean Baeza quitte alors l’Étoile Rouge en ayant quasiment disputé l’intégralité des matchs de la saison avec 31 matchs et 4 buts. Le défenseur rejoint Lyon où il joue 5 saisons et gagne la Coupe de France en 1973.

Aujourd’hui encore, Jean Baeza reste, le dernier Redstarmen à avoir porté le maillot bleu. Le Stade Bauer s’est levé et l’a acclamé une dernière fois le 26 Février 2011 afin de lui rendre hommage et attend désormais son successeur avec impatience, le prochain audonien qui portera le maillot de l’EDF.

Collection personnelle de Gilles Saillant



Voir les autres articles