Red Star Story : La Coupe de la Ligue

Retour sur l'épopée audonienne lors de l’édition 1999/2000!

A l’occasion des 16e de finale de la Coupe de la Ligue, Redstar.fr vous propose de revenir sur l’épopée audonienne de l’édition 1999/2000 ! Si le trophée préféré des Vert et Blanc reste la Coupe de France, conquise à cinq reprises, les Audoniens se sont offerts de beaux moments d’émotion dans l’autre coupe, celle de la Ligue... Petite remontée dans le temps !

16 novembre 1999 : c’est à Lille que tout commence
Le Red entre dans la compétition contre le LOSC (D2) à Grimonprez-Jooris. Malgré le but de Richard Akiana (le premier d’une longue série), les Audoniens se retrouvent menés 2-1 alors que la fin du match approche. Au bout du temps additionnel, Anthony Sirufo vient alors couper un corner d’Alain Durand… Il égalise et envoie le Red en prolongations ! Celles-ci ne donnent rien, et c’est aux tirs au but, et sous la pluie, que le Red se qualifie pour le tour suivant (4-1 aux tirs au but) !

8 janvier 2000 : le Red croque les crocos
En seizième de finale, le Red Star reçoit Nîmes, à Marville. Le stade de la Courneuve a souffert de la tempête qui a secoué la France à Noël, et seule une tribune est ouverte. Cela n’empêche pas les joueurs du Red de mener 2-0 avant l’heure de jeu, grâce à Vincent Doukantie (déjà lui !) et à l’inévitable Akiana. Mais, réduits à 10, les Audoniens vont se faire reprendre (63e et 84e). Place aux prolongations et à l’entrée en jeu du jeune Gérald Milton… Le Martiniquais inscrit un doublé qui envoie le Red en huitième !

29 janvier 2000 : l’exploit chez les verts !
Après avoir battu Lille, puis Nîmes, c’est la chaude ambiance du chaudron et le glacial hiver du Forez qui attendent les Audoniens. Saint-Etienne est redoutable cette année là. Emmenés par son duo de feu Alex-Aloisio, les Verts vont même finir 6e du championnat. Autant dire qu’au coup d’envoi, on ne donne pas cher de la peau du Red. Pourtant, les Audoniens se battent vaillamment. Bien regroupés, ils profitent des coups de pied arrêtés pour se montrer dangereux : sur un corner, Eric Obinna place une tête rageuse et ouvre le score (40e). Cinq minutes plus tard, d'une frappe exceptionnelle,  Karim Fellahi double la mise (45e+1), pour le Red Star ! Malgré la réduction du score de Pédron en deuxième mi-temps (60e), le Red veut son exploit pas et marque un troisième but en contre par Gérald Milton (72e). 3-1 score final. L’aventure continue !

20 février 2000 : La bataille des Ardennes  
Après Geoffroy-Guichard, c’est à Emile-Albeau que le Red continue son périple où il affronte Sedan, l’équipe surprise du championnat de première division (qui terminera 7e au classement). Les Audoniens, entraînés par le duo Girard-Repellini, entrent parfaitement dans ce quart de finale. Dès la 5e minute, Richard Akiana trouve le chemin des filets grâce à un tir lobé ! Les sangliers ardennais réagissent et obtiennent un pénalty litigieux (36e). Alex Di Rocco s’élance… mais échoue sur Jean-Marc Branger, sauveur de tout un club. La deuxième mi-temps voit le Red proposer une résistance héroïque face aux assauts des attaquants sedanais. Le score ne bouge plus. Le Red est en demi-finale. L’Equipe ne s’y trompe pas, le club a "la tête dans les étoiles" !

3 avril 2000 : si près, si loin… .
6000 spectateurs ont pris place au stade Marville de la Courneuve pour soutenir le Red. Toute l’Ile-de-France rêve d’une finale en forme de derby entre le Red et la Paris Saint-Germain de Bernard Lama et Jay-Jay Okocha. Mais avant d’accéder au Stade de France, il faut franchir l’obstacle Gueugnonnais (D2). Les Audoniens, poussés par leur public, vont mener deux fois au score, d’abord grâce à  Richard Akiana (30e) puis sur une tête de Karim Fellahi (84e). Mais, à chaque fois, ils vont être repris. La seconde égalisation est particulièrement cruelle : elle survient deux minutes avant la fin du temps réglementaire (88e). La prolongation est insoutenable, les Rouges ne concrétisent pas, et la loterie des tirs au but va décider de l’issue du match. La séance est terrible, après le passage de tous les joueurs de champ, les équipes ne sont toujours pas départagées (8-8). C’est au tour des gardiens : Trivino stoppe le tir de Branger et réussit le sien. C’est fini. Le Red est éliminé et la déception est grande, mais l’exploit restera là : jamais, dans l’histoire de la coupe de la ligue, un club de national n’avait atteint ce stade de la compétition !  

François-Xavier Valentin
Crédit photo : Philippe Le Brech